Jeudi 23 Novembre 2017
Pouknif Kondombo

Pouknif Kondombo

Un exemple contemporain d’application réussie de la palabre africaine est la mise en place des institutions de la Transition au Burkina Faso, notamment le choix du président, après l’insurrection populaire des 30 et 31 Octobre 2014. Après avoir nettoyé la capitale, le peuple s’est rassemblé à travers les partis politiques, les organisations de la société civile, les chefs religieux et traditionnels, les forces de défense et de sécurité, etc. pour choisir un nouveau Président du Faso. C’est à travers une assise de la PA que les décisions ont été prises. Un comité en charge est constitué et c’est à l’issue d’échanges de plusieurs heures que le nom du Président de la Transition est annoncé suite à une décision consensuelle. Le peuple, se reconnaissant très bien dans la PA, a accepté toutes les décisions prises et le Président de la Transition est reconnu et accepté par tous les Burkinabe. La “Palabre Africaine” est un processus de concertation et d’échange, visant à une prise de décision (cas d’une résolution de litiges, cas d’un choix stratégique pour l’avenir de la communauté, etc.) dont l’unique but est le rétablissement ou la préservation de l’harmonie sociale et la solidarité.

La civilisation africaine est par essence communautaire. Les Africains placent au cœur de leur mode de vie le bien-être de la communauté plutôt que celui des individus. Toutefois, comme dit ce proverbe togolais d’origine Ewe “deux calebasses placées  sur une même surface d’eau finissent par se cogner”. C’est dire que la cohabitation et la vie communautaire n’est pas toujours sans tension. Que faire donc pour solutionner les conflits qui peuvent surgir de temps à autres? Nos ancêtres ont trouvé une excellente solution à cette problématique en la “Palabre Africaine”. C’est dans l’objectif de mieux comprendre cette pratique ancestrale et aussi de voir comment elle peut aider à consolider la démocratie en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier que cet article est écrit.

Notre pays a certes connu divers bouleversements sociopolitiques depuis son indépendance, le 05 août 1960, mais les plus importants se sont produits sans doute lors de la révolution de 1983-1987. Le 04 Août 1984, lors de l’anniversaire de l’avènement de la révolution, le pays a changé de nom pour devenir le Burkina Faso. Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé et plusieurs de nos compatriotes, si ce n’est leur écrasante majorité, ont oublié ou n’on pas une bonne connaissance des symboles de l’État et de leur signification profonde.