Samedi 23 Septembre 2017
TOUTES NOS PUBLICATIONS
Sebgo Segd Boyena

Sebgo Segd Boyena

A en croire les médias occidentaux, l'Europe fait face à sa plus grande crise migratoire depuis la deuxième guerre mondiale. Elle serait même entrain d'être envahie par des hordes de migrants venant de l'autre côté de la Méditerranée. Pourtant selon les chiffres du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), seulement près de 300 milles réfugiés et migrants ont franchi la Méditerranée depuis le début de l'année alors que des pays comme la Turquie en ont accueillis plus d'un million. Pendant ce temps, près de 2500 personnes seraient mortes ou disparues en tentant de rejoindre l'Europe. Le nombre de réfugiés auquel fait face l’Europe est-il réellement excessif? Leur traitement est-il imprégné d’empathie? En d’autres termes, l'Europe souffre-t-elle d'un excès de réfugiés ou d'un déficit d'empathie? Telles sont les questions auxquelles cet écrit tentera de répondre.

Un pamphlet circule sur Internet à propos du manque de stratégie des dirigeants africains comparés au reste du monde. L’analyse qui suit sur comment l’Afrique de l’Ouest par manque de stratégie est tombée dans le piège de l’Occident renforce cette idée ... Ce qui est en effet curieux, c’est qu’une petite fraction des dépenses militaires américaines aurait suffisamment équipé l’armée malienne pour qu’elle fasse échec aux islamistes. Bien au contraire, depuis l’émergence d’Al-Qaeda, leur présence militaire se fait discrète. Quand Al-Qaeda était absent du Nord du Mali, la France et les États-Unis y étaient pour les combattre; maintenant qu’Al-Qaeda y est, c’est en vain qu’on cherche leur présence. Ils préfèrent déconseiller leurs ressortissants de se rendre au Mali et se montrent réticents à soutenir une intervention militaire ouest-africaine.

Le débat sur les intellectuels et leur place sur la scène publique burkinabè s’est intensifié ces derniers temps avec trois articles au moins publiés dans la presse burkinabè sur le sujet. Amadou DIALLO, chercheur au CNRST et Salifou SANGARE de l’Association Burkinabè de Sciences Politiques ont publié respectivement deux articles aux titres presque identiques : « L’intellectuel burkinabè et la Politique »[1] et « L’intellectuel et la politique »[2] sans que malheureusement il y’ait eu de dialogue entre les deux textes. Récemment Alceny BARRY, journaliste à l’Observateur Paalga a posé dans un de ses articles une question un tout petit peu provocatrice : « Où sont passés nos intellectuels ? »[3] Ce qui suit est une contribution à ce débat déjà amorcé et très utile pour notre pays.

Un mois après le séisme, Haïti se remet peu à peu de la catastrophe qui s'est abattue sur lui. Aidé en cela par tout le gotha humanitaire de la planète. Il faut dire qu'une telle mobilisation est sans précédent pour une catastrophe naturelle ... La situation Haïtienne ressemble beaucoup à celle de l'Afrique : une indépendance combattue, un ostracisme commercial et technologique qui rend extrêmement difficile tout progrès économique. Le lien entre l'Afrique et Haïti ne s'arrête pas là. Bien avant la colonisation de l'Afrique, la naissance de la république d'Haïti consacre le surgissement du peuple Noir dans la série des grands bouleversements de cette époque que constituent les révolutions américaine et française. Aimé Césaire a dit à ce propos : « Haïti où la négritude se mit debout pour la première fois… Ce fut leur conquête. Leur conquête était aussi pour nous tous. Si nous en étions dignes ! ».

Les contestations et les violences qui ont émaillé les élections présidentielles organisées récemment dans plusieurs pays d’Afrique de l’ouest étalent au grand jour les limites des systèmes politiques reposant sur une organisation périodique de consultations électorales.

Sans remettre en cause ce type de système politique il apparaît toutefois nécessaire de le remettre en question dans le contexte africain afin de dégager les palliatifs indispensables à la survie des États africains.

Ce problème est inhérent au mode de gouvernance couramment appelé démocratie qu’on essaie de mettre en place en Afrique . Dans ce type de régime, il n’y a que le nombre de personnes qui s’alignent derrière soi qui compte...

 

Blogs en vedette

InfoLettre

Rester Connecté


Warning: mysqli::stat(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 209

Warning: mysqli_close(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 216

Warning: mysqli::stat(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 209

Warning: mysqli_close(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 216

Warning: mysqli::stat(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 209

Warning: mysqli_close(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 216

Warning: mysqli::stat(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 209

Warning: mysqli_close(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 216

Warning: mysqli::stat(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 209

Warning: mysqli_close(): Couldn't fetch mysqli in /home/burkinat/public_html/libraries/joomla/database/driver/mysqli.php on line 216