Lundi 23 Juillet 2018
TOUTES NOS PUBLICATIONS
Sebgo S. Boyena

Sebgo S. Boyena

URL du site internet: http://www.burkinathinks.com

La récente attaque coordonnée entre les États-Unis (É-U), la France et le Royaume Uni (R.U.) contre la Syrie dans la nuit du 14 avril 2018 marque un tournant dans les relations internationales.  Mais cet écrit ne se concentrera pas sur l’implication de cette attaque en matière de relations internationales. Il analysera plutôt le montage médiatique, médiocrement construit, des grands médias occidentaux pour inciter leurs gouvernements à lancer l’attaque. De façon plus générale, la fin d'un journalisme d'information au profit d'un journalisme de propagande est analysée. On assiste à un phénomène nouveau : dans le temps, le rôle des médias était de questionner les propos et l’action de leurs gouvernements car ce qui se dit n’est pas forcément vrai. En témoigne le mensonge ayant conduit à la guerre de l’Irak, qui fut la principale cause de la naissance de l’État-Islamique. De nos jours, les médias semblent devenus des batteurs de tambour de guerre : ils créent de faux prétextes de toutes pièces et incitent leurs gouvernements à agir sur la base des faux faits qu’ils ont crées.

Tout dans la colonisation a-t-il été mauvais? Le simple fait de se poser cette question est la preuve si besoin en est que les Africains ont presque tous évolué dans un système éducatif dont la genèse remonte à la colonisation, et qui a été peu réformé depuis le «faux» départ du colonisateur. Toutefois, il n’y a pas de question tabou. «Sukre la bângre», dit-on en mooré. Essayons d’y répondre.

Le cas du Franc CFA

21 Octobre, 2017

Le débat sur le Franc CFA fait rage en ce moment, grâce à la mobilisation insufflée par le mouvement Urgences Panafricanistes et son leader Kemi Séba. Ce mouvement critique violemment l’existence du FCFA, perçu comme le symbole et l’outil de l'oppression coloniale française de l’Afrique. Les défenseurs du Franc CFA louent la stabilité monétaire qui résulterait de son attelage à l’Euro. Qu’est-ce que le Franc CFA? Que représente-il? Cette monnaie est-elle opportune pour l’Afrique en plein 21ème siècle? Plus qu’économique, la question du FCFA est aussi une question politique. Cette monnaie encastre la dépendance des pays africains vis-à-vis d’une puissance coloniale. Sans indépendance, les pays africains peuvent-ils défendre leurs intérêts qui, qu’on le veuille ou non, seront parfois en compétition avec les intérêts français?

Une commission de rédaction d'une nouvelle constitution a été rendue publique lors du conseil des ministres du 1er juin 2016 au Burkina Faso. Conformément à ses promesses électorales, le Président du Faso Roch Kaboré a décidé de mettre en œuvre son projet de réforme constitutionnelle. Cette commission est composée d'une centaine de personnes (92), dont on ignore les indemnités et les frais de déplacements (pour ceux qui sont à l'étranger), mais vu les précédents (notamment la commission de réconciliation et des réformes politiques instituée sous la Transition), on peut imaginer que ses travaux coûteraient plus qu'un panier de mil au peuple burkinabè. Aussi, l'éventuelle adoption d'une telle constitution ne peut se faire que par référendum dont on sait qu'il coûterait des milliards au budget de l'État. Une nouvelle constitution est-elle vraiment nécessaire au Burkina Faso ou est-on simplement entrain de s'adonner à du gaspillage de ressources publiques pour mettre en œuvre une promesse électorale non-essentielle ? Tel est le sujet de cette réflexion.

La campagne pour les élections présidentielles a commencé depuis maintenant une semaine au Burkina Faso. A chaque escale d’un candidat, la presse burkinabè dans son ensemble se contente de présenter des extraits de discours et des interviews, mais ne dit pas grand-chose sur ce qui se passe effectivement sur le terrain. Par exemple, on ignore combien de militants ils rassemblent, comment les meetings sont organisés et comment les Burkinabè accueillent leurs idées. On remarque aussi une insuffisance de questionnement sur le contenu des programmes des candidats. Nous estimons que le rôle des analystes est de décortiquer les programmes politiques pour faire ressortir les insuffisances afin que le citoyen puisse prendre une décision informée. Durant la campagne, Burkina Thinks proposera une série d'analyses pour alimenter le débat et la réflexion sur les candidats et leurs programmes.  Retenir toutefois que les opinions exprimées ne constituent nullement un rejet ou un soutien à un quelconque candidat.

La campagne pour les élections présidentielles a commencé depuis maintenant une semaine au Burkina Faso. A chaque escale d’un candidat, la presse burkinabè dans son ensemble se contente de présenter des extraits de discours et des interviews, mais ne dit pas grand-chose sur ce qui se passe effectivement sur le terrain. Par exemple, on ignore combien de militants ils rassemblent, comment les meetings sont organisés et comment les Burkinabè accueillent leurs idées. On remarque aussi une insuffisance de questionnement sur le contenu des programmes des candidats. Nous estimons que le rôle des analystes est de décortiquer les programmes politiques pour faire ressortir les insuffisances afin que le citoyen puisse prendre une décision informée. Durant la campagne, Burkina Thinks proposera une série d'analyses pour alimenter le débat et la réflexion sur les candidats et leurs programmes.  Retenir toutefois que les opinions exprimées ne constituent nullement un rejet ou un soutien à un quelconque candidat.

Blogs en vedette

InfoLettre

Rester Connecté