Dimanche 19 Novembre 2017

Lettre Ouverte au Ministre de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation du Burkina Faso

24 Septembre, 2017

Monsieur le ministre,

En vous écrivant cette lettre, je ne sais par où commencer. Ayant été élève, puis collégien puis lycéen, tout en étant fils de professeur au Burkina Faso, je m’alarme des programmes scolaires au Burkina Faso, de plus, la chance qui m’a été donné de continuer mes études à l’extérieur du Burkina Faso m’a encore plus conforté dans le fait que notre système éducatif manque cruellement de réformes, notamment en terme de programme scolaire.

J’ai discuté avec beaucoup de professionnels de l’éducation primaire et secondaire (des discussions qu’on peut écouter sur la page Facebook de Radio Miirya), il est apparu que je suis loin d’être le seul à notifier une incohérence dans le système éducatif du Burkina Faso.

Hymne au ''Burkindlim''

03 Août, 2017

Qui sommes-nous?

Nous sommes des hommes et des femmes pétris par la modestie, l’humilité, le courage et l’espoir. Le courage d’arracher à la terre sèche et aride notre subsistance. La modestie qui nous commande une vie sans étalage tapagieux de ce que nous possédons. Nous ne sacrifions jamais l’essentiel pour la forme. L’humilité qui nous met en demeure de cultiver la solidarité, l’amour de la communauté malgré notre désir ardent de liberté individuelle. L’espoir qui donne des ailes à nos désirs de grandeurs, à nos rêves. Quand nous pensons à l’avenir, nous sourions.

Le Roi et ses Serviteurs: ‘’Revendications Lib-Lib, Accords Mouta-Mouta’’!!!

30 Mai, 2017

Trouve-t-on normal que pour un pays d’environ 19.600.000 d’habitants, environ 200.000 personnes happent à eux-seuls 45% des recettes fiscales de l’État pendant que la norme communautaire se situe à 35%? Doit-on qualifier de ‘’front social’’ les revendications de 0,01% des Burkinabè? Ne faudrait-il pas simplement qualifier cela de front syndical et y apporter les réponses adéquates en gardant en mémoire les besoins cruciaux du peuple? En dernière analyse, les Burkinabè auront-ils tort de penser que leur administration publique se comporte comme le colon du XIXe siècle?

Norbert Zongo : Quel Héritage pour les Jeunes Burkinabè Aujourd’hui?

12 Décembre, 2016

Norbert Zongo laisse à la jeunesse burkinabè et africaine, un héritage inestimable. Il n’a pas obtenu un doctorat mais sa contribution en termes de production intellectuelle surpasse celle de certains académiciens burkinabè. Il n’était pas un homme politique mais en dehors de Thomas Sankara, rares sont les hommes et femmes politiques au Burkina Faso qui jouissent de sa popularité auprès du peuple. Il n’était pas un sain mais vivait en parfaite symbiose avec le peuple. Il n’a jamais fêté son Nième milliard mais il était serviable et utile en ayant le cœur sur la main.

Burkina Faso : projet de nouvelle constitution – nécessité ou gaspillage de ressources ?

21 Août, 2016

Une commission de rédaction d'une nouvelle constitution a été rendue publique lors du conseil des ministres du 1er juin 2016 au Burkina Faso. Conformément à ses promesses électorales, le Président du Faso Roch Kaboré a décidé de mettre en œuvre son projet de réforme constitutionnelle. Cette commission est composée d'une centaine de personnes (92), dont on ignore les indemnités et les frais de déplacements (pour ceux qui sont à l'étranger), mais vu les précédents (notamment la commission de réconciliation et des réformes politiques instituée sous la Transition), on peut imaginer que ses travaux coûteraient plus qu'un panier de mil au peuple burkinabè. Aussi, l'éventuelle adoption d'une telle constitution ne peut se faire que par référendum dont on sait qu'il coûterait des milliards au budget de l'État. Une nouvelle constitution est-elle vraiment nécessaire au Burkina Faso ou est-on simplement entrain de s'adonner à du gaspillage de ressources publiques pour mettre en œuvre une promesse électorale non-essentielle ? Tel est le sujet de cette réflexion.

Gouverner par le Silence: une Leçon à Tirer pour Roch Marc Christian Kabore

02 Juin, 2016

On continuera à se demander comment Blaise Compaoré a-t-il manœuvré pour rester à la tête du Burkina Faso durant 27 ans? Au lendemain du 15 octobre 1987, beaucoup de Burkinabè avaient parié que son pouvoir ne ferait pas long feu. Depuis lors, Blaise Compaoré et son régime ont survécu crise après crise pour finir par prendre en otage tout un peuple pendant près de trois décennies. Pour parvenir à cette fin, le silence a été parmi tant d’autres, un outil de gouvernance entre les mains de l’ancien locataire de Kosyam.

Président Kaboré en France: Rechercher la Considération et la Confiance d’un Partenaire à Tout Prix

07 Avril, 2016

Le peuple burkinabè a été choqué et indigné par l’accueil que la France a réservé au Président Roch Marc Christian Kaboré lors de sa visite officielle du 5 au 7 avril 2016. Pas de tapis rouge à l’aéroport ou à l’Élysée, aucun membre du gouvernement français pour accueillir le Président Kaboré. Pire, c’est l’ambassadeur de France en poste au Burkina Faso qui a accueilli le président burkinabè à sa descente d’avion. Quel sens peut-on donner à ce coup de nez de la France au Burkina Faso, représenté par son président Kaboré?  Faut-il se limiter seulement au caractère sensationnel et émotionnel de cet événement ou faut-il examiner avec froideur et réalisme la réalité des relations franco-burkinabè?  C’est à ces questions que tentera de répondre cette réflexion.

Réflexion sur les Institutions Post-transition au Burkina Faso

03 Juin, 2015

Au cours de son premier voyage en Afrique en Juillet 2009, Barack Obama avait déclaré que "l'Afrique n'a pas besoin d'hommes forts, mais d’institutions fortes." En réponse, Blaise Compaoré avait aussi déclaré en août 2014 lors du dernier sommet américano-africain à Washington qu’ «il n’y a pas d’institutions fortes, s’il n’y a pas d’hommes forts pour poser les jalons de ces institutions, dans la durée." Beaucoup d’encre et de salive ont coulé pour expliquer qui des deux présidents avait tort ou raison. A la faveur du soulèvement populaire qui a eu lieu au Burkina Faso, il parait approprié de revenir sur ce débat en visant deux objectifs. Le premier sera de tirer les grands enseignements sur la nature des institutions sous l’ère Compaoré. C’est pour cette raison que la première partie de cet article explorera l’univers des institutions du régime de Blaise Comapore. Le second objectif consistera à se projeter dans le futur et y dessiner le futur de nos institutions pour qu’elles soient plus fortes. Ainsi, la deuxième partie de l’article se focalisera t-il sur des propositions concrètes pour accompagner l’édification de nos institutions post-transition.

En Dehors de Blaise Compaoré, Qui Peut Diriger le Burkina Faso?

18 Juillet, 2014

On raconte qu’au moment de l’abolition de l’esclavage, certains esclaves devenus libres, ne savaient plus comment disposer de leur liberté loin de leurs maîtres. Après tant d’années de servitude, pendant lesquelles ces esclaves ne pensaient et n’agissaient qu’en fonction des désirs et ordres de leurs maîtres, ils en sont arrivés à redouter leur propre liberté. Aujourd’hui, au Burkina Faso, sous le «règne » de Blaise Compaoré, beaucoup ont fini par développer cette mentalité de l’esclave qui a peur de ce qu’il va devenir sans son maître. Ainsi, certains Burkinabè se laissent tourmenter par cette question : Qui est capable de remplacer Blaise Compaoré ?

Appel à la jeunesse burkinabè !

30 Octobre, 2014

Ceci est un appel à la jeunesse burkinabè. Un appel à l’engagement, à la réflexion et surtout à l’action.

Notre nombre est notre force dit le Balai Citoyen. Numériquement, nous sommes les plus nombreux car 80% de la population burkinabè a moins de 35 ans. Nous sommes une population d’adolescents et de jeunes. Le Burkina Faso nous appartient et notre avenir est devant nous. Rien ne s’accomplira donc sur le plan politique sans la participation ou l’approbation des jeunes. Ne laisse pas des assoiffés de pouvoir ainsi que les politiciens moutons sacrifier ton avenir sur l’hôtel de leurs ambitions. Débarrasse-toi des politiciens corrompus mais souviens toi de ceci : le seul changement d'homme ou de femme à la tête du pouvoir ne signifiera pas nécessairement la fin de ton calvaire en tant que jeune et laissé pour compte de ce pays. Sans contre-pouvoir efficace, ils abuseront de ta confiance et ne serviront que leurs intérêts. Ils le feront par méchanceté, par manque de grandeur ou simplement par manque de vision. Jeunesse burkinabè, tu es un contre-pouvoir. Mobilise-toi comme un seul homme pour défendre tes droits civiques, politiques, économiques, culturels et sociaux.  Ton dynamisme, et ta détermination dans cette mobilisation pour ton avenir fera réfléchir deux fois ceux et celles qui dilapident les ressources de l’État sans construire pour l’avenir.

Page 1 sur 3

Blogs en vedette