Vendredi 28 Juillet 2017

La Chine, 1ère Puissance Économique Mondiale : Implications pour l’Afrique

La Chine est devenue officiellement la première puissance économique mondiale depuis la publication en octobre dernier des données sur l’économie mondiale par le Fond Monétaire International (FMI). En termes de pouvoir d’achat réel, la Chine représente maintenant 16,5% de l’économie mondiale devant les 16,3% des USA. Selon les spécialistes, l’écart continuera à se creuser entre les deux pays. La Chine met ainsi fin au règne des USA comme leader de l’économie mondiale depuis 1872. Ceci représente à n’en point douté un bouleversement géopolitique malgré le silence des médias occidentaux sur le sujet. L’objectif de cet article sera dans un premier temps d’expliquer en quoi le triomphe économique de la Chine constitue un bouleversement de l’ordre mondial. Dans un second temps, il s’agira de dégager ce que l’Afrique pourra gagner dans sa relation avec la Chine par comparaison à sa longue expérience de “coopération” avec l’Europe/l’Occident.

I - La Chine bouleverse l’ordre mondial hérité de la fin de la seconde guerre mondiale

On peut distinguer entre autres deux grands bouleversements de l’ordre mondial suite à la montée en puissance de la Chine sur le plan économique. Le premier est d’ordre idéologique. Beaucoup comme Fancis Fukuyama ont pensé que la domination occidentale de notre monde marquait la fin de l’histoire à cause du triomphe supposé sans retour du capitalisme et de la démocratie libérale. La conséquence directe a été que le reste du monde devait suivre vaille que vaille le modèle occidental érigé comme la meilleure alternative politique et économique pour les pays non-occidentaux. Au cœur de ce modèle était le postulat que l’existence d’institutions démocratiques devait précéder le décollage économique de tout pays. L’Occident s’est donc employé à l’usage d’une diplomatie interventionniste visant à promouvoir les/”ses” valeurs démocratiques (droits de l’homme, État de droit, etc.) dans le reste du monde, surtout en Afrique. Le fait que la Chine qui est loin d'être une démocratie libérale, en arrive à émerger sur la scène mondiale comme la première puissance économique constitue un revers certain pour cet ordre idéologique.

Le second bouleversement est la domination annoncée du monde par une super puissance non-occidentale en l'occurrence la Chine. Cela peut paraître un choc pour certains mais l’histoire de l’humanité n’est ni linéaire ni statique. Les peuples luttent partout pour leur survie et cela conduit forcément à des compétitions effrénées pour le meilleur projet civilisationnel. Ainsi, le monde évolue-t-il et les puissants du jour ne peuvent-ils le demeurer pour l’éternité. Dans un passé encore récent, les Portugais, Espagnols, Russes, et Anglais ont tour à tour dominé le monde avant la montée irrésistible des USA comme super puissance à la suite du déclin de l’empire britannique. Une constante de l’histoire c’est que toute domination politique et militaire du monde par un pays quelconque s’appuie d’abord sur une domination économique de ce dernier. C’est en cela que l’irruption de la Chine comme première puissance économique mondiale laisse entrevoir la fin certaine de la domination du monde sur les plans militaire, politique et financier par les USA et partant, de l’Occident. Cela ne se produira certainement pas à court terme mais l’idée même de sa matérialisation est une onde de choc pour l’Oncle Sam et les Occidentaux.

Il n’y a donc pas d’illusion à se faire. Si l’on tient compte des leçons de l’histoire, la Chine dominera le monde (à nouveau). Pour certains analystes, réalistes dans leur approche, cette perspective fait craindre une guerre prochaine entre la Chine et les USA. Pourtant, deux raisons semblent indiquer que la Chine n’aura aucune visée hégémonique. La première c’est que la politique internationale a fondamentalement changé de structure depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Nous vivons dans un monde dont les intérêts économiques, financiers, et commerciaux sont interconnectés plus que jamais. Ainsi, toute visée hégémonique par un pays devient impossible et ineffective, car les conséquences sont plus importantes que les bénéfices que le pays pourra en tirer.

La seconde raison c’est qu’historiquement, la Chine n’a jamais fait montre d’une volonté de dominer l’ordre international. Elle était la nation la plus puissance du monde au début du XVième siècle mais n’a pas nourrit de visée expansionniste. Le discours officiel de la Chine est que celle-ci cherche toujours à occuper une place de choix dans la gestion des affaires du monde, à se faire respecter et à vivre en harmonie avec les autres nations de la terre. Quoi qu’il en soit, la prépondérance de la Chine sur le plan économique, conduira certainement à sa suprématie sur le plan financier, militaire, et politique/diplomatique.

Suprématie financière: La Chine deviendra le plus grand investisseur du monde. Elle possède déjà 33% des réserves de change mondiale et aucun autre pays à l’heure actuelle ne peut rivaliser avec elle. Tout indique que Shanghaï émergera bientôt comme la principale place financière du monde devant New York City et la City de Londres. Les pays occidentaux qui sont embourbés dans la crise de la dette souveraine, seront vraisemblablement contraints de se tourner vers l’empire du milieu pour assurer leur survie économique. C’est notamment le cas de plusieurs pays européens qui, en proie à la crise de la zone euro se tournent de plus en plus vers la Chine pour financer leurs économies. Aussi, la Chine figure déjà depuis fort longtemps en tête des pays détenteurs des bonds de trésor américain.
 
En outre, il convient de souligner que l’ordre financier établi à la fin de la seconde guerre mondiale est en passe d’être renversé. Dans un avenir proche, le dollar pourrait perdre son statut de réserve de change mondiale. Cela se justifie car historiquement, chaque fois qu’une nouvelle puissance économique émerge, elle impose sa devise puisqu’elle contrôle en même temps les flux financiers. Ce fut le cas avec les USA dont le dollar a supplanté la livre sterling des britanniques à la fin de la seconde guerre mondiale. Les entreprises et les investisseurs de par le monde devront donc se préparer de plus en plus à l’usage du Yuan dans leurs transactions internationales.

Suprématie militaire: L’une des conséquences directes de cette suprématie financière sera l'édification d’une puissante armée chinoise. C’est aussi une constante de l’histoire: la puissance économique et financière s’accompagne toujours d’une puissance militaire. L’amorce du déclin économique des USA (et de l’Europe par ricochet) aura donc un impact à long terme sur sa force militaire. En effet, toute puissance hégémonique a besoin d’énormes moyens financiers pour assurer le fonctionnement d’une armée déployée à travers le monde pour assurer sa position dominante. Les USA ont, à titre d’illustration, une présence militaire dans 156 pays. Depuis 2001, le pays dépense en moyenne 554 milliards de dollars chaque année au titre des dépenses militaires. Pour mettre cette donnée chiffrée en perspective, il faut savoir que les USA ont dépensé sur le plan militaire en 2011 plus que les 13 autres nations réunies qui le suivent immédiatement dans le classement.

Avec les difficultés économiques actuelles et futures du pays, Oncle Sam sera de plus en plus contraint d’effectuer des coupes budgétaires dans ses dépenses militaires. Déjà en ce mois de janvier, les USA ont annoncé la réduction de leur personnel militaire dans une douzaine de pays européens. Il y a fort à parier que la tendance se poursuivra au fur et à mesure que le pays continuera son déclin économique. Cette réduction des dépenses militaires produira à long terme un déclin de la force militaire. Dès que cela se produira, une autre puissance (en l’occurrence la Chine) pourra combler le vide avec ses propres forces militaires.

Suprématie politique et diplomatique: La perte du pouvoir financier et militaire de l’Occident s’accompagnera d’une perte globale de son pouvoir politique et diplomatique. C’est en effet, grâce à son pouvoir financier et militaire que l’Occident a pu se payer un contrôle politico-militaire des parties du monde qu’elle juge vitales pour ses intérêts stratégiques. Par exemple, les USA avec l’appui de leur puissante machine militaire, font de la diplomatie coercitive leur outil diplomatique de prédilection. Ainsi, la puissance militaire leur confère de fait une force diplomatique et politique inégalée dans la gestion des affaires du monde. Si le déclin économique conduit à un déclin militaire comme l’histoire nous l’enseigne à chaque fois que la puissance économique change de main, le monde devra alors se préparer à exister sans les USA comme seule puissance militaire.

Cela fera naître un nouveau rapport de force, et aboutira à une redistribution des cartes qui tiennent compte des nouvelles puissances dans un monde qui cessera d'être unipolaire. De nouvelles alliances verront le jour pour assurer la sécurité collective. La Chine entrainera avec elle d’autres puissances émergentes notamment celles des BRICS (le Brésil, la Russie, l’Inde, et l’Afrique du Sud). Elle continuera à étendre son influence dans des régions du monde comme le Moyen-Orient, l’Afrique et surtout l’Asie. Malgré l’intention des USA de redéployer leur force militaire dans la région de l’Asie Pacifique, l’Asie du Sud-Est restera à long terme, une zone d’influence Chinoise à cause de l’histoire et de la géographie. Le triomphalisme de la pensée unique concernant la démocratie libérale et le capitalisme fera de plus en plus place à une autre vision du monde ainsi que du bonheur collectif des peuples de la terre.

Cet article contient plus d'une page. Cliquer ci-dessous pour naviguer entre les pages.


Dernière modification le Dimanche, 26 Avril 2015 13:40

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.