Vendredi 28 Juillet 2017

Éditorial: Burkina Faso: un peuple fier et déterminé!

  • Réduire
  • Augmenter
  • Imprimer
  • Réduire
  • 23 Septembre, 2015
  • Écrit par  BurkinaThinks
  • Publié dans Editoriaux

A l'heure où nous traçons ces lignes, un accord a été paraphé sous l'égide du Mogho Naaba Baongo entre un officier représentant le RSP et un groupe d'officiers de l'armée nationale burkinabè. C'est suite à la descente de l'armée sur la capitale, Ouagadougou, que les positions du Gal. putschiste Gilbert Diendéré ont commencé à devenir conciliantes. Cela montre bien qu'il faut lui opposer une résistance ferme plutôt que de continuer les reculades datant de l'insurrection des 30 et 31 Octobre qui nous ont conduit dans cette situation. Cependant, les termes de l'accord laissent en suspens plusieurs questions. Est-ce que le RSP sera bel et bien désarmé? Quel sort sera réservé au Gal. Diendéré? Est-ce que les militaires du RSP se mettront sous les ordres du Chef d'État-Major Général des armées? Ces questions sont importantes parce que sans le désarmement du RSP, ces quelques jours auront simplement été un temps perdu pour le peuple burkinabè.

A l'heure où nous traçons ces lignes, un accord a été paraphé sous l'égide du Mogho Naaba Baongo entre un officier représentant le RSP et un groupe d'officiers de l'armée nationale burkinabè. C'est suite à la descente de l'armée sur la capitale, Ouagadougou, que les positions du Gal. putschiste Gilbert Diendéré ont commencé à devenir conciliantes. Cela montre bien qu'il faut lui opposer une résistance ferme plutôt que de continuer les reculades datant de l'insurrection des 30 et 31 Octobre qui nous ont conduit dans cette situation. Cependant, les termes de l'accord laissent en suspens plusieurs questions. Est-ce que le RSP sera bel et bien désarmé? Quel sort sera réservé au Gal. Diendéré? Est-ce que les militaires du RSP se mettront sous les ordres du Chef d'État-Major Général des armées? Ces questions sont importantes parce que sans le désarmement du RSP, ces quelques jours auront simplement été un temps perdu pour le peuple burkinabè.

Il faut bien accorder à la paix une valeur suprême. Cependant, il y a des situations dans lesquelles il faut se dire avec Chaka que “la meilleure des paix est celle que l'on se crée à l'ombre de la sagaie”. Est-ce que le Gal. Diendéré est un homme raisonnable, empathique, soucieux de la paix? Les morts d'hommes innombrables qui lui sont attribués témoignent du contraire. Cet homme ne comprend que le langage de la force. C'est la descente de l'armée sur Ouagadougou qui l'a emmené à reculer sur ses positions. Par conséquent, ça serait une erreur de le laisser s'échapper avec les mêmes moyens de nuisances. Ça sera : on reprend les mêmes et on recommence ! Les mêmes causes produisent indiscutablement les mêmes effets. Il faut donc désarmer le RSP à tout prix car le prix à payer est toujours plus fort si cela n'est pas fait.

Quant à la CEDEAO, ses dirigeants ont fait preuve d'un amateurisme ahurissant dans la gestion de cette crise. Son plan de paix pro-Compaoré ayant échoué, elle a prévu d'envoyer une délégation de 4 chefs d'États dont le président togolais Faure Yassignbé aujourd'hui à Ouagadougou pour assister à la restauration du pouvoir à Michel Kafando. La question la plus évidente est celle-ci : a-t-on besoin de 4 chefs d'État pour assister à une cérémonie de transfert de pouvoir ? Manifestement non. Si la CEDEAO avait eu une position ferme comme l'UA, Diendéré aurait probablement cédé plus tôt et on aurait peut‑être évité tout ce drame. Mais le louvoiement de la CEDEAO a renforcé le putschiste et crée le risque de plonger le Burkina dans la guerre. Maintenant, qu'elle s'est totalement discréditée, elle vient en réalité pour sauver la face et faire semblant d'avoir contribuer d'une manière que ce soit à la restauration de la Transition du Burkina Faso.

Un examen attentif de la situation nous montre que le peuple burkinabè est isolé dans sa lutte, du moins isolé de tout soutien extérieur sauf celui des peuples. Ce n'est qu’après les multiples morts et la mobilisation de l'armée qui a consacré l'échec du coup d'État que l'UE, la France, les États-Unis et la CEDEAO ont commencé à exiger le dépôt des armes du RSP. Il faut lire entre les lignes. Auparavant ils s'étaient contentés d'une condamnation de principe et un « appel à la retenue pour éviter les violences ». Tout ce beau monde se serait contenter d'un pouvoir Diendéré s'il avait réussi son coup. Il faut comprendre que ce qui est en jeu au Burkina Faso, c'est l'idée qu'un peuple, africain de surcroît, puisse avoir une conscience politique aussi élevée et assumer son destin de façon autonome et indépendante. Ça sonnerait le glas de la recolonisation en cours du continent par la France et les USA notamment, qui s'appuient sur les thèses de l'incapacité des Africains à se gouverner de façon autonome et civilisée. Ça crée aussi la panique dans le camp des apprentis dictateurs présents et futurs de l'Afrique car la révolution est contagieuse ! L'ironie c'est que c'est Faure Yassignbé que la CEDEAO envoie pour enseigner aux Burkinabè la démocratie.

L'attitude du peuple burkinabè a été et est extraordinaire ! C'est un peuple qui a démontré autant au moment de l'insurrection que maintenant qu'il a une maturité politique à des années lumières de ce qu'on prête aux Africains. Le Gal. Diendéré a vu sa maison partir en feu dans sa propre ville natale, preuve que son rejet est unanime dans tout le pays. Du coup les narratifs habituels des médias occidentaux sur les guerres ethniques et régionalistes en Afrique ne peuvent pas tenir en ce qui concerne le Burkina Faso. Les adversaires du progrès de l'Afrique ont encore du mal à comprendre ce qui se passe au Burkina Faso. Et bien, c'est bien simple : le peuple burkinabè est certes un peuple tolérant, indulgent et qui sait pardonner ; mais sa tolérance a des limites. C’ est aussi un peuple fier et déterminé ! Les racines de cette fierté sont séculaires, voire millénaires. Elles viennent aussi de la révolution d'août 1984. Elles tirent leurs sources des discours de Thomas Sankara. Importe peu d'où elles viennent, c'est simplement le temps de contempler la capacité d'action d'un peuple fier et déterminé.

Dernière modification le Dimanche, 04 Octobre 2015 13:24

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.